LA RÉFÉRENCE DE LA BIJOUTERIE ET DE LA JOAILLERIE FRANÇAISE EN LIGNE.


Catégories

Newsletter

Offres Spéciales


Toutes les offres

Home > Lexique

Lexique

 A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z 

  • Padparadsha (Saphir)

    Variété de saphir orangé.


  • Paille

    C'est une tache fine et allongée dans une pierre précieuse.


  • Paillette

    Défaut dans une pierre


  • Paillon

    Petit morceau de soudure.


  • Palladium

    Métal très rare entrant dans la composition des alliages pour haute joaillerie et reconnu pour ses propriétés de blancheur extrême et de grande résistance.


  • Palmer

    Secteur à deux extrémités, l'une fixe, l'autre mobile, entre lesquelles est placé l'objet dont on doit mesurer avec précision l'épaisseur. La partie mobile est une vis graduée jusqu'au centième


  • Pampille

    Ensemble de petites pendeloques groupées en franges (collier à pampilles).


  • Panachés

    Classement des gemmes ayant des coloration multiple (bicolore, tricolore, ...). Elle se distribue soit inégalement, soit par zone en relation avec la croissance. La tourmaline melon d’eau en est un exemple.


  • Papier

    Les pierres sur papier sont des gemmes présentées ou vendues taillées mais non montées.


  • Papier émeri.

    Abrasif


  • Parangon

    Se dit parfois d'une perle ou d'un diamant sans défaut


  • Parure

    Bijoux assortis réalisant un ensemble.


  • Parure (Grande)

    Ensemble de bijoux assortis composé d’un diadème, d'une broche de poitrine, de boucles d’oreilles, d’un collier et de deux bracelets identiques


  • Parure (Petite)

    Ensemeble de bijoux composé d'un collier, de 2 boucles et d'agrafes.


  • Pâte de verre

    Technique consistant à réaliser un moule dans un matériau réfractaire selon diverses techniques dont la cire perdue. Une première cuisson a lieu, puis le moule est refroidi et garni de poudres ou de granulés de verre colorés. Après une seconde cuisson le moule est détruit délicatement par un moyen chimique ou mécanique pour dégager la pièce en verre.


  • Pavé

    Pierres disposées côte à côte


  • Pavillon

    Partie inférieure de la pierre taillée, en dessous du rondiste, appelée aussi culasse.


  • Peau d'établi

    Pièce de cuir fixée à la place de l'ouvrier sous l'établi et reposant sur ses genoux pour recueillir pierres ou limailles et poussières de métal précieux


  • Pendant

    Appelation utilisée au XIV siècle pour désigner une paire de bijoux suspendus à des boucles oreilles.


  • Pendants d'oreilles

    Longues boucles d'oreilles articulées


  • Pendeloque

    Appellation pour la taille d’un diamant en forme de goute d’eau facettée.Ce dit aussi d'un bijou suspendu à une boucle d'oreille.


  • Pendentif

    Bijou, souvent muni d’une bélière, et suspendu à une chaîne, un collier un cordon. Il se porte le plus souvent au cou ou sur un bracelet. Le pendentif peut être un bijou sentimental, un porte-bonheur, une amulette.


  • Pépite

    Fragment d'or


  • Péridot (Chrysolite, Olivine)

    (Système cristallin orthorhombique ; Poids 3.27 – 3.37, IR 1.654 – 1.690 ; Composition silicate de magnésium ferreux ; Dureté 6.5- 7 ; Biréfringence 0.036 ; Pléochroïsme très faible de vert pâle à vert vif). Les pierres les plus rares sont le péridot étoilé et le péridot œil-de-chat.


  • Perle Akoya

    La perle Akoya est une perle de culture cultivée en eau de mer dans l'huître ayant le même nom et appelée aussi Pinctada martensiide fucata. Les perles d'Akoya sont renommées.


  • Perle de culture

    Les perles sont dues à l'intrusion d'un grain de sable dans une huitre ou un coquillage. Ces derniers, pour se défendre, sécrètent de la nacre qui va isoler, en l’enrobant, le grain de sable de plusieurs couches de nacre concentriques. Grâce à un savoir faire savamment acquis, les perles seront ainsi formées dans des fermes perlières. La perle de culture proposée aujourd’hui présente une qualité toute particulière et elle finit par remplacer pratiquement en totalité les perles fines En Chine, la culture de perles d'eau douce se pratique depuis les années 1950. La technique très originale adoptée par les Chinois consiste à réaliser une dizaine d’insertions dans des moules géantes. Le résultat : Des perles de formes variées, blanches, grises, rosées ou oranges.


  • Perle de Tahiti (Noire)

    Les perles sont le plus souvent appelées perles noires de Tahiti et présentent une palette de couleurs remarquable, du gris très foncé, presque noir, au gris léger, avec des reflets crème et de gris mélangés, des verts avec des reflets de couleur bronze, cuivre, aubergine, vert anis, argenté, rose et au noir profond. Ces perles sont parmi les plus grosses perles du monde.


  • Perle fine

    (Couleur blanc, gris noir, rose, bleu, mauve) Perle naturelle à ne pas confondre avec la perle de culture. Matière organique des mollusques bivalves dont le lieu de production le plus important est le Golfe Persique, exploité depuis l’Antiquité. L’épaisseur de nacre entourant le noyau a autant d'importance que la couleur, la dimension et la forme de la perle. Le noyau ne doit se voir par transparence.


  • Perles de Murano

    A côté de l'artisanat du verre soufflé qui a fait la renommée de la production vénitienne, une autre industrie se perpétue sur l'île de Murano depuis sept siècles: la fabrication des perles de verre. Les perles de verre sont classées d'après leur technique de fabrication : enroulement, étirage, moulage, soufflage. Dans l'enroulement, l'artisan enroule le verre en fusion autour d'une tige. Ces perles sont fabriquées individuellement. Par contre pour les perles en verre étiré, les verriers utilisent des baguettes à trou central, à partir duquel de nombreuses perles identiques peuvent être réalisées. Ce sont principalement ces 2 techniques qui sont utilisées à Murano.


  • Perles Rosetta

    Les perles Rosetta ou à chevrons sont obtenues à partir d'une canne de verre composée de plusieurs épaisseurs différentes de verre coloré (le plus souvent bleu, blanc et rouge), et façonnée à la meule de manière à obtenir un motif à étoiles concentriques.


  • Perloir

    Tige d'acier cylindrique à l'extrémité creusée en demi-sphère et régularisée par un fion pour perler, en demi-perles, des filets recoupés ou pour bouler des griffes


  • Perruque en fil de fer.

    Galette en fils de fer entrecroisés sur laquelle sont soudés les métaux


  • Peruzzi (forme)

    Taille ancienne d'un diamant en forme de bouchon de carafe ...


  • Petit tas.

    Morceau de fer plat et poli, ovale, carré ou rectangulaire, sur lequel on peut planer et river


  • Petite grosseur (Appellation)

    Diamant taillé dont le poids oscille entre 0.23 et 0.99 carat.


  • Pétrographie

    La pétrographie est la partie de la géologie qui étudie la formation et la composition minéralogique des roches


  • Pied à coulisse

    Réglet gradué avec un coulisseau permettant de mesurer les épaisseurs.


  • Pied de biche

    Échoppe à section ovale.


  • Pierre à dresser.

    Abrasif de grains agglomérés qui par usure, sert à rendre planes les plaques de métal


  • Pierre à huile.

    Pierre du Levant ou d’Arkansas sur laquelle on affûte échoppes, forets, burins, ciseaux et grattoirs


  • Pierre de lune

    Pierre fragile ressemblant aux reflets argentés de la lune.


  • Pierre de soleil

    (Groupe Feldspath ; Poids 2.62 – 2.65 ; IR 1.533 – 1.552 ; Dureté 6 _ 6.5 ; Biréfringence -0.001 – 0.008 ; Pléochroïsme faible ou nul ; Couleur incolore, orange-rouge et brun- rouge). Pierre ressemblant au quartz aventurine.


  • Pierre de touche

    Morceau de jaspe noir très plat, dur et rugueux, sur lequel on frotte une partie d'un objet pour en vérifier le titrage


  • Pierre d’imitation

    Elément manufacturé d’apparence similaire à une pierre naturelle ou synthétique mais dont les propriétés chimiques sont distinctes.


  • Pierre synthétique

    Pierre manufacturée présentant pratiquement à l’identiques des propriétés physiques similaires à leur semblables naturelles.


  • Pierreries

    Collection de pierres précieuses et pierres fines taillées et montées entrant dans la fabrication de joyaux.


  • Pierres assemblées(ou composées)

    Pierres formée de diverses matières apprêtée et collées entre elles.


  • Pierres fines

    Elles se distinguent des pierres précieuses. Leur grosseur, leur éclat et les inclusions survenues au court du processus de cristallisation ont une incidence sur leur valeur. C'est souvent grâce à ces traces laissées par la nature que l'on peut distinguer les vraies pierres des synthétiques. La tourmaline rose ou verte, le grenat, la topaze, la citrine jaune pâle, l’aigue marine ou le péridot vert olive représentent des pierres depuis longtemps appréciées et recherchées reconnues pour la diversité de leur palette de couleurs. Toutes les nuances de l'arc-en-ciel se retrouvent par exemple dans les tourmalines, nom de famille de onze gemmes différentes. Variété des teintes et disposition des couleurs en bandes de tons contrastés, les tourmalines ont un remarquable effet décoratif. Les plus recherchées sont les "rubellites" rouges et les "indigollites" bleues. La topaze aussi peut être de toutes les couleurs, et pas seulement jaune comme on le croit souvent. La plus belle cependant est la topaze impériale d'un rose à peine nuancé de jaune.


  • Pierres précieuses

    Seul le diamant, l’émeraude, le rubis et le saphir ont droit à l’appellation pierre précieuse. Les autres pierres doivent se contenter de l’appellation « pierre fine » ou « pierre gemme ». L'expression pierre semi-précieuse n’est plus autorisée.


  • Pince

    Ustensile servant à la prise du diamant pour son observation et son taillage. Appelée aussi brucelles.


  • Pinceau à borax

    Pinceau pour enduire les pièces de borax


  • Pincette

    Petite pince.


  • Pipe

    Terme désignant l’intérieur d’une cheminée volcanique de Kimberlite.


  • Piqué

    Inclusion visible à l’œil nu d’où l’appellation du degré de pureté P1, P2 ou P3.


  • Plan de clivage

    Surface sur laquelle la pierre peut être clivée.


  • Planche

    Établi de plusieurs places groupant une équipe d'ouvriers.


  • Platine

    Métal précieux titrant à 950 millièmes, très blanc, il s'utilise presque pur associé au palladium ou à l’'iridium à 5 %. Très en vogue dans les « années folles », il est désormais moins utilisé au profit de l'or blanc ou de l’or gris (rhodié) car l’or est beaucoup moins cher et plus facile à travailler. Le platine est apprécié pour sa blancheur, qui n'a pas d’influence sur la couleur des pierres. Dur et plus résistant à l'usure que l'or blanc, sa patine et son effet sont bien supérieur. Le prix élevé du platine se justifie par la rareté de ce métal précieux . Il est plus dense (plus lourd) que l’or et il est utilisé presque pur : 95% (l’or 18k à seulement 75% , 750/1000). Ces caractéristiques physiques imposent une température de fusion plus élevée que l’or et un coût, de fonte plus important. Le travail du platine est plus long et plus délicat. Egalement le sertissage et le polissage génèrent un surcoût important sur le prix des bijoux en platine.


  • Pléochroïsme

    Caractéristique des pierres gemmes anisotropes : Différentes couleurs sont discernables selon l’angle d’observation.


  • Pléonaste

    Spinelle de couleur vert à noir.


  • Pli

    Papier blanc répondant à un certain mode de pliage pour ranger les diamants, mais aussi, très utile pour analyser sa couleur d’où le mot « boite à plis » pour ranger les diamants.


  • Poids spécifique

    Mesure de la densité d'une gemme en comparant le poids d'un minéral à celui d'un volume égal d'eau. Ainsi, pour une taille identique, un diamant (PS=3.52) pèse plus lourd qu'une émeraude (PS=2.71).


  • Poinçon

    Le poinçon est la marque de garantie de l’Etat, afin d’identifier la fabrication et son fabricant. Il est présent sur un bijou en or, en platine et en argent. Le poinçon en forme de losange est celui des fabricants français alors que l'ovale indique une fabrication hors de France. Chaque fabriquant possède son poinçon personnalisé et répertorié auprès des services des douanes. Un second poinçon (une tête d'aigle) vous renseigne sur le titre du métal.


  • Poinçon de garantie

    Il existe plusieurs poinçons de garantie spécifiques au métal précieux et au taux de métal fin. Ce poinçon garantit l’authenticité du métal précieux et son degré de pureté.


  • Poinçon de maître

    C'est la signature du fabricant : un poinçon en forme de losange avec les deux initiales du fabricant


  • Poinçon matrice

    Original d'une médaille, d'une monnaie, qui sert à fabriquer le moule


  • Poinçonnage

    Insculper sur métal une forme, une figure déterminée, déjà gravée sur poinçon


  • Point

    Unité de mesure de poids correspondant au centième d’un carat.


  • Pointe à feu

    Pointe de fer ou d'acier droite ou anglée servant à déplacer sous la flamme, pièces, paillons ou petits éléments de métal


  • Pointe à tracer.

    Instrument à pointe fine et dure utilisé entaille-douce pour graver


  • Pointeau

    A main ou à frappe automatique, il sert à pointer des trous avant de les percer


  • Poire

    Appellation pour la taille d’un diamant en forme de goute d’eau facettée.


  • Poire

    Taille de pierre en forme de goutte


  • Poissarde

    Les poissardes sont des boucles d’oreilles longues et pendantes. Les poissardes sont en vogue de la fin du 18ème siècle sous le Directoire jusqu’au milieu du 19ème siècle.


  • Polariscope

    Filtres polaroïds utilisés pour observer les tensions internes du diamant et définir ses propriété optiques (isotrope, anisotrope, etc.).


  • Poli mat

    Un polissage obtenu en brossant la surface du métal afin d’obtenir de très fines rayures parallèles. Très utilisé aujourd’hui pour la bijouterie en platine, il est quelque fois confondu avec le poli satiné.


  • Poli satiné

    Une finition obtenue en brossant le métal pour créer de minuscules lignes parallèles. Procédé fréquemment utilisé sur les bijoux en platine, on le confond souvent avec le poli mat


  • Polissage

    Ultime opération de la taille révélant tout l’éclat du diamant.


  • Polisseuse

    Métier réalisé le plus souvent par des femmes, il consiste à donner de la brillance ou du mat aux bijoux, grâce à un traitement de la surface, comme le rhodiage ou le plaquage. La qualité du polissage s’obtient à l’aide d’émeri, de ponce, d’une plume d’oie, de coton, de buis et de beaucoup de savoir-faire, déterminant dans le résultat final et gage de tenue dans le temps.


  • Polymorphisme

    Particularité d’une matière à figurer sous diverses configurations cristallines


  • Pot et Press-Pot

    Etau spécifique pour la taille du diamant.


  • Pourcentage de la table

    La grandeur de la table divisée par le diamètre total du diamant. Le % de la table est important pour créer l’éclat et le feu du diamant.


  • Prasiolite

    Quartz vert.


  • Précieuses (Les pierres)

    L’expression est liée aux notions de beauté et de rareté et est réservée aux diamants, saphirs, émeraudes et rubis. Le saphir et le rubis font partie de la famille des corindons. Le diamant, généralement blanc, aux nuances très variées, existe aussi dans les couleurs dites « fantaisie » : vert, rose, bleu, pourpre, brun, jaune ou noir. Le saphir peut être bleu, incolore, rose, orange, jaune, vert, violet, noir.


  • Prénhite

    Un cristal dans une couleur pâle variant du jaunâtre au vert gazon


  • Presselles

    Ou précelles. Voir Brucelles


  • Prisme

    Cristal structuré d’arêtes parallèles entre elles.


  • Processus de Kimberley

    Le processus de Kimberley est une initiative commune regroupant des gouvernements, le Conseil mondial du diamant et des ONG afin de mettre un terme au commerce des diamants des conflits, des diamants bruts utilisés par les mouvements rebelles pour financer la lutte armée contre des gouvernements légitime. Pendant plusieurs dizaines d'années, le commerce de ces pierres illégales a alimenté des conflits dévastateurs dans des pays comme l'Angola, la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo ou la Sierra Leone. Le système de certification du processus de Kimberley impose à ses membres de nombreuses conditions afin de pouvoir certifier que les échanges de diamants bruts ne servent pas à financer de conflits armés. Depuis septembre 2007, le processus de Kimberley compte 48 participants représentant 74 pays, l'Union européenne et ses États membres comptant comme un seul participant.


  • Proportions

    Ce sont les critères de dimensions indispensables pour évaluer la conformité et expertiser la qualité de la taille du diamant et des éléments déterminant concernant la beauté de la pierre. Les proportions sont décrites en deux points : le pourcentage de table et celui de profondeur, les deux sont exprimés par rapport au diamètre de la pierre représentant 100%.La table du diamant représente la partie plane de la pierre. Les ratios correspondent au rapport entre le diamètre et la taille de la table ainsi que le rapport entre la hauteur de la pierre et le diamètre du diamant. Ces facteurs, à ne pas négliger, conditionnent la brillance et le feu du diamant grâce à une réflexion optimale de la lumière.


  • Protogénétique

    Qualificatif appliqué aux inclusions solides ou liquides formées avant le cristal hôte.


  • Pureté : IF

    Les diamants de pureté IF présentent une pureté extrême sans défaut interne et non visible aux loupes les plus grossissantes. Les diamants présentant une telle pureté sont exceptionnellement rares.


  • Pureté : SI1

    Les diamants de pureté SI1 présentent de petites inclusions visibles à la loupe grossissant 10 fois et très rarement visibles à l’œil nu d’un expert. Les diamants SI1 sont moins rares que les diamants de pureté VS2 mais moins chers tout en étant très plaisant à l’œil


  • Pureté : SI2

    Les diamants de pureté SI2 présentent de petites inclusions visibles à la loupe grossissant 10 fois et parfois visibles à l’œil nu. Les diamants SI2 sont moins rares et moins chers que les diamants de pureté supérieure tout en étant plaisant à l’œil. Les diamants dont la pureté est classée sous SI2 ne font que très rarement l’objet de certificat par les laboratoires internationaux.


  • Pureté : SI3, P1,P2,P3

    La pureté SI3, P1,P2,P3 présentent peu d’intérêt en matière de bijouterie


  • Pureté : VS1

    Les diamants de pureté VS1 présentent de très petites inclusions. Très difficilement décelables à la loupe grossissant 10 fois et jamais visible à l’œil nu par la table. Les diamants présentant une pureté VS1 sont moins chers que les diamants de meilleures puretés tout en présentant des inclusions totalement invisibles à l’œil nu.


  • Pureté : VS2

    Les diamants de pureté VS2 présentent de très petites inclusions difficilement décelables à la loupe grossissant 10 fois et jamais visible à l’œil nu par la table. Les diamants présentant une pureté VS2 sont moins chers que les diamants de meilleures puretés tout en présentant des inclusions totalement invisibles à l’œil nu.


  • Pureté : VVS1

    Les diamants de pureté VVS1 présentent de minuscules inclusions très difficilement perceptibles à la loupe grossissant 30 fois. Des diamants présentant une telle pureté sont tout comme les diamants de pureté IF extrêmement rares.


  • Pureté : VVS2

    Les diamants de pureté VVS1 présentent de minuscules inclusions à peine perceptibles, à la loupe grossissant 30 fois. Les diamants d’une pureté VVSI sont extrêmement rares


  • Pureté (degré de pureté)

    Notation du niveau de clarté d’un diamant.